Vous êtes ici : Home

Les valeurs de l'économie sociale et solidaire marocaine exposées à Montréal



Montréal, 21 oct (MAP)- Après quatre jours de rencontres et d'échanges, la délégation marocaine au forum international de l'économie sociale et solidaire (FIESS) a mis en exergue à la plénière de clôture, jeudi soir, les valeurs de l'économie sociale et solidaire marocaine ainsi que la vision qu'elle porte sur le développement économique et social.

A la séance de clô ture de cette rencontre planétaire, les organisateurs se sont félicités de l'événement, qui a été un moment unique pour les acteurs de l'économie sociale de découvrir les meilleurs pratiques en la matière et l'occasion de constater que, "partout sur la planète, les populations se mobilisent en faveur d'une économie plus démocratique, plus solidaire et plus durable".

Prenant la parole à cette occasion, Aziz Ajbilou, du ministère des Affaires économiques et générales, a mis en avant le rô le des pouvoirs publics et de la société civile pour la consolidation des valeurs de partage et de respect de l'économie sociale et solidaire marocaine.

Au niveau international, la délégation marocaine a en particulier plaidé pour une "visibilité" autour de ce modèle de développement en pleine émergence et ses valeurs enracinées dans la dynamique de l'économie sociale et solidaire.

Tel que mentionné lors des allocutions de clô ture, le Forum international de l'économie sociale et solidaire a aussi permis d'affirmer haut et fort que l'économie sociale et solidaire est "une économie au service des 99 pc de personnes dignes dans le monde".

L'économie sociale "n'est pas simplement une affaire de profit ou de spéculation boursière (...) ça peut et ça doit se faire de différentes façons, l'économie n'est pas une science exacte mais une expérience humaine. on peut et on doit faire des choix dans les manières de faire le développement économique", a indiqué Nancy Neamtan, présidente-directrice générale du Chantier de l'économie sociale, organisateur de l'événement.

Des acteurs de l'économie sociale et solidaire, des représentants des pouvoirs publics, des chercheurs des différentes régions du monde et des institutions internationales ont pris parole et position pour réitérer la nécessité d'un dialogue soutenu entre la société civile et les pouvoirs publics afin que les moyens soient donnés aux acteurs de l'économie sociale et solidaire d'assurer un développement respectueux des besoins de collectivités.

Les différentes expériences présentées durant le FIESS (17-20 octobre) démontrent que la société civile fait preuve d'innovation pour trouver des réponses à ses besoins, et les représentants des pouvoirs publics ont pu approfondir leurs connaissances quant aux possibilités offertes par l'économie sociale et solidaire.

Cet événement international a réuni les principaux acteurs de l'économie sociale et solidaire de divers pays du Nord et du Sud ainsi que leurs partenaires au sein des instances gouvernementales, le mouvement syndical, des organismes de recherche et des institutions internationales.

L'objectif premier est de contribuer au renforcement des partenariats entre la société civile et les pouvoirs publics en faveur de l'économie sociale et solidaire dans les divers pays participants, mettre en valeur les expériences réussies de partenariat, notamment dans l'élaboration des politiques publiques, ainsi que pour contribuer au développement d'échanges internationaux et interrégionaux sur le thème de l'économie sociale et solidaire.

L'expérience marocaine dans le domaine de la mutualité a été mise en exergue, lors du premier Forum International de l'Economie Sociale et Solidaire qui connu la participation de plus de 13OO personnes venues de 67 pays.

Lors d'un atelier sur "Les Mutuelles et l'économie sociale et solidaire" animé par des responsables de l'ODEMA, qui regroupe des entités mutualistes de 17 pays de l'Amérique, et de l'Union africaine de la mutualité (UAM) qui compte 18 pays africains, les participants s'étaient engagés à renforcer les échanges de compétences et du savoir-faire lançant un appel au soutien à la consolidation des efforts des mutualités pour l''amélioration de couverture du risque maladie et de lutte contre la fragilité socio-économique.

M. Abdelmoula Abdelmoumni, président de l'UAM et président du Conseil d'administration de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP), avait présenté un bref aperçu sur l'organisation africaine de la mutualité, ses objectifs et ses missions, avant d'exposer au public présent le système de l'Assurance Maladie Obligatoire (AMO) et la couverture sociale, en particulier.

Outre M. Abdelmoumni, qui représente aussi l'Afrique et le Moyen-Orient au sein de l'Association internationale des mutualités (AIM), la délégation marocaine est composée de représentants du ministère des Affaires économiques et générales, de l'Agence de développement social (ADS) et du Réseau Marocain de l'Economie Sociale et Solidaire (REMESS). (MAP).

Lu 10116 fois

Sociale Icons